Visite de l’expo Sur les Murs avec Bob Jeudy

Nous avions déjà parlé de l’exposition Sur les Murs proposée par le Crédit Municipal de Paris en association avec le M.U.R. (le fameux mur street art rue Oberkampf).  Cette exposition retrace l’art urbain parisien au cours des 50 dernières années et prouve une fois plus que le street art a été inventé en France.

Pour nous guider à travers cette exposition de qualité, nous avons eu la chance d’être accompagné de Bob Jeudy, commissaire de l’exposition, président de l’association le M.U.R. et collectionneur d’œuvres d’art urbain depuis plus de 40 ans.

Sur les Murs, suivez le guide

L’exposition commence par les pionniers de l’art urbain Jacques Villeglé, Gérard Zlotykamien et Ernest Pignon-Ernest avec des œuvres datant des années 1960. Les œuvres sont poétiques et surprennent par leur esthétique simple et épuré.

Le spectateur est ensuite transporté au début des années 80, c’est le début des collages à Paris de Jef Aérosol et Miss. Tic ou encore des œuvres de Jérôme Mesnager et Jean Faucheur. Les artistes doivent alors faire face aux premières arrestations policières. Le style est rapide, précis souvent répétés en amont pour être efficace dans la rue.

Comme le rappelle Bob Jeudy « La France a commencé le street art bien avant les américains, dans les années 80 c’était un mouvement de revendication ». On remarque bien d’ailleurs les œuvres dénonçant pêle-mêle la politique, la bombe atomique ou la prostitution.

L’exposition Sur les Murs se poursuit avec des œuvres de Jonone, NASTY, Dominique Larrivaz ou encore O’CLOCK . Clairement l’influence des années 90 et du hip-hop à la sauce new-yorkaise est bien présente (époque de « Paris sous les bombes » de NTM). Les œuvres sont beaucoup plus colorées et moins politisées, la recherche du style et de l’esthétisme sont plus importants et la bombe est l’élément indispensable.

On passe ensuite dans les années 2000, le style a évolué et c’est un savant mélange de l’héritage des ainés : les œuvres sont esthétiques mélange entre collages, pochoirs et grafs. Comme le dit Bob Jeudy « les artistes restent engagés, ils seront toujours engagés mais grâce à l’évolution des techniques et du matériel l’esthétisme est plus au centre des œuvres ». On trouve dans cette partie de l’exposition Sur les Murs, des œuvres de ALEXONE, SUN7, GILBERT, RERO ou encore TANC (pour ne citer qu’eux).

Bob Jeudy nous fait terminer la visite par l’imposant tableau de C215 sur une porte en bois comme un hommage à ces 50 ans passés dans la rue à partager l’art de rue.

Pour compléter cette rétrospective des 50 ans d’art urbain à Paris, on admire les 100 photos et articles de presse d’époque concernant les œuvres, les artistes, les arrestations…bref l’histoire du l’art urbain à Paris.

Difficile à résumer, l’exposition Sur les Murs se parcours et se vit en direct au Crédit Municipal de Paris. Merci à Bob Jeudy, aux artistes et au Crédit Municipal de Paris, plus qu’une exposition cette rétrospective où se côtoient des œuvres mainstream et d’époque nous a montré la richesse et la diversité de cet art contemporain.

« SUR LES MURS », 50 ans d’art urbain – Crédit Municipal de Paris – Informations et adresse

  • Du 1er avril au 13 juin 2015. Du lundi au samedi de 9h à 18h, jeudi jusqu’à 19h et samedi de 9h à 17h.
  • Crédit Municipal de Paris, 55 rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris (métro Hotel de ville ou Rambuteau)
  • creditmunicipal.fr
  • Entrée gratuite
  • Initiation gratuite au TAG par GILBERT MAZOUT, samedi 6 juin entre 13h et 19h.
  • En vente à la Galerie :
    • Digigraphies (à partir d’œuvres originales) : 120€
    • T-shirts : 20€
    • Stickers : 3€

The following two tabs change content below.

Mathieu BOULAY

Créateur SoFrenchy
Parisien de naissance, parisien de cœur, parisien dans l'âme, Mathieu traîne ses Nike sur les trottoirs de la capitale depuis sa plus tendre enfance. Plus encore que son style ou son accent, la Ville Lumière a éclairé sa curiosité : économie, société, techno, sport, people, toutes les rubriques de Google Actu l'intéresse. Faut dire qu'il y passe du temps sur la toile ! Un geek reclus devant son PC ? Non, plutôt un spécimen voyageur et festif, ouvert aux autres et au monde.